Sur les traces de Saint-Louis…

Août – An de Grâce 1248. Le roi Louis IX arrive à Aigues-Mortes après avoir reçu la bénédiction pontificale à Lyon. Celui que l’on appellera plus tard Saint-Louis a confié la régence du royaume à sa mère, Blanche de Castille. Le roi a décidé de partir pour la VIIème croisade. Le soleil brille sur la petite cité marécageuse illuminant la nouvelle Tour de Constance érigée sur les vestiges de la Tour Matafère construite sur décision de Charlemagne, 400 ans plus tôt. Aucun souverain étranger ne participe à cette croisade. Le roi est entouré de son épouse, la Reine Marguerite de Provence, de ses 2 frères, Robert, Comte d’Artois et Charles d’Anjou mais aussi de grands vassaux, de fantassins, des chevaliers, de frères d’ordres religieux divers et variés, de marchands, d’aventuriers …. près de 36 000 hommes au total ! Louis IX compte bien délivrer le Saint Sépulcre mais aussi fonder une nouvelle colonie en Afrique. Nous sommes le 25 Août… il fait chaud. La foule s’est dirigée vers l’Eglise Notre Dame des Sablons, récemment construite. Le Roi et l’ensemble des Croisés reçoivent la bénédiction suprême pour leur expédition. 3 jours plus tard, c’est au bruit des cuirasses et des armes, des cottes de maille et des hauberts, scintillants sous le reflet des eaux que la troupe rejoint le port. Louis IX embarque dans sa Nef, La Montjoie, célèbre cri de guerre des Français…. il ne sait pas encore que cette croisade sera un échec d’où il ne reviendra que 8 ans plus tard !*

29 Mars 2014 : Une certaine agitation semble régner au pied des remparts d’Aigues-Mortes. Tous les axes convergents vers la cité fortifiée sont encombrés d’une foule multicolore et bruyante. Serait-ce le départ d’une nouvelle croisade ?…. Évidemment non…. et pourtant plus de 800 « chevaliers » se préparent pour une célèbre joute organisée par la cité historique : en effet, c’est le jour de la 26ème Edition des Foulées des Remparts. Magnifique organisation malgré la gratuité de cette superbe compétition. Cette année, ECG était représenté par 2 de ces paladins, Eric et Yves. Après un départ au ralenti aux portes du stade du Bourguidou, le temps que cette troupe motivée s’engouffre dans la rue Faubourg National pour une petite boucle autour du stade, et tout ce petit monde traverse la cité de part en part de la porte Saint-Antoine à la porte de la Marine – puis c’est une sortie majestueuse sous une bise soutenue, un contournement de la cité le long des murailles Est et une plongée vers les Etangs de la ville. Parcours particulièrement plat… donc roulant. Parfois vent de face (difficile notamment le long du canal du Bourguidou), parfois vent de dos (étouffant)… 3 ravitaillements tout au long du chemin avec quelques encouragements puis c’est le retour sur la civilisation et sur le stade qui nous offre un final de 400 mètres sur piste digne d’une arrivée olympique ! Belle course, belle ambiance, belle organisation ! Bravo à tous !

805 « combattants » classés à l’arrivée de ce parcours de 12,3 km : Eric boucle en 46′ 36″ 40 se classant 18ème (7ème V1M) – Yves n’a pas voulu faire d’ombre à son champion et a préféré trottiner à distance ! Il termine en 58′ 18″ 21 à la 218ème place (46ème V2M). A noter que les temps ne sont pas les temps réels en l’absence de tapis électroniques au départ et un départ au ralenti au vu de cette foule compacte (compter 1 minute de moins pour chacun !… tout de même).

Résultats complets. Merci à Evelyne pour les photos. Tracé GPS.

1 2 3 4 1 9b 3 5 6 6 4  7 8 5    8  7  9b 9 9

*inspiré du site aiguesmortes.free.fr avec l’aimable autorisation de Mme Renée Juillet

Commentaire sur “Sur les traces de Saint-Louis…”

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *